Ourembaya album

Album 1

Image: 1/34 Image: 2/34 Image: 3/34 Image: 4/34 Image: 5/34 Image: 6/34 Image: 7/34 Image: 8/34 Image: 9/34 Image: 10/34 Image: 11/34 Image: 12/34 Image: 13/34 Image: 14/34 Image: 15/34 Image: 16/34 Image: 17/34 Image: 18/34 Image: 19/34 Image: 20/34 Image: 21/34 Image: 22/34 Image: 23/34 Image: 24/34 Image: 25/34 Image: 26/34 Image: 27/34 Image: 28/34 Image: 29/34 Image: 30/34 Image: 31/34 Image: 32/34 Image: 33/34 Image: 34/34

Album 2

Image: 1/34 Image: 2/34 Image: 3/34 Image: 4/34 Image: 5/34 Image: 6/34 Image: 7/34 Image: 8/34 Image: 9/34 Image: 10/34 Image: 11/34 Image: 12/34 Image: 13/34 Image: 14/34 Image: 15/34 Image: 16/34 Image: 17/34 Image: 18/34 Image: 19/34 Image: 20/34 Image: 21/34 Image: 22/34 Image: 23/34 Image: 24/34 Image: 25/34 Image: 26/34 Image: 27/34 Image: 28/34 Image: 29/34 Image: 30/34 Image: 31/34 Image: 32/34 Image: 33/34 Image: 34/34

Album 3

Image: 1/126 Image: 2/126 Image: 3/126 Image: 4/126 Image: 5/126 Image: 6/126 Image: 7/126 Image: 8/126 Image: 9/126 Image: 10/126 Image: 11/126 Image: 12/126 Image: 13/126 Image: 14/126 Image: 15/126 Image: 16/126 Image: 17/126 Image: 18/126 Image: 19/126 Image: 20/126 Image: 21/126 Image: 22/126 Image: 23/126 Image: 24/126 Image: 25/126 Image: 26/126 Image: 27/126 Image: 28/126 Image: 29/126 Image: 30/126 Image: 31/126 Image: 32/126 Image: 33/126 Image: 34/126 Image: 35/126 Image: 36/126 Image: 37/126 Image: 38/126 Image: 39/126 Image: 40/126 Image: 41/126 Image: 42/126 Image: 43/126 Image: 44/126 Image: 45/126 Image: 46/126 Image: 47/126 Image: 48/126 Image: 49/126 Image: 50/126 Image: 51/126 Image: 52/126 Image: 53/126 Image: 54/126 Image: 55/126 Image: 56/126 Image: 57/126 Image: 58/126 Image: 59/126 Image: 60/126 Image: 61/126 Image: 62/126 Image: 63/126 Image: 64/126 Image: 65/126 Image: 66/126 Image: 67/126 Image: 68/126 Image: 69/126 Image: 70/126 Image: 71/126 Image: 72/126 Image: 73/126 Image: 74/126 Image: 75/126 Image: 76/126 Image: 77/126 Image: 78/126 Image: 79/126 Image: 80/126 Image: 81/126 Image: 82/126 Image: 83/126 Image: 84/126 Image: 85/126 Image: 86/126 Image: 87/126 Image: 88/126 Image: 89/126 Image: 90/126 Image: 91/126 Image: 92/126 Image: 93/126 Image: 94/126 Image: 95/126 Image: 96/126 Image: 97/126 Image: 98/126 Image: 99/126 Image: 100/126 Image: 101/126 Image: 102/126 Image: 103/126 Image: 104/126 Image: 105/126 Image: 106/126 Image: 107/126 Image: 108/126 Image: 109/126 Image: 110/126 Image: 111/126 Image: 112/126 Image: 113/126 Image: 114/126 Image: 115/126 Image: 116/126 Image: 117/126 Image: 118/126 Image: 119/126 Image: 120/126 Image: 121/126 Image: 122/126 Image: 123/126 Image: 124/126 Image: 125/126 Image: 126/126

Album 4

Image: 1/12 Image: 2/12 Image: 3/12 Image: 4/12 Image: 5/12 Image: 6/12 Image: 7/12 Image: 8/12 Image: 9/12 Image: 10/12 Image: 11/12 Image: 12/12

Album 5

Image: 1/28 Image: 2/28 Image: 3/28 Image: 4/28 Image: 5/28 Image: 6/28 Image: 7/28 Image: 8/28 Image: 9/28 Image: 10/28 Image: 11/28 Image: 12/28 Image: 13/28 Image: 14/28 Image: 15/28 Image: 16/28 Image: 17/28 Image: 18/28 Image: 19/28 Image: 20/28 Image: 21/28 Image: 22/28 Image: 23/28 Image: 24/28 Image: 25/28 Image: 26/28 Image: 27/28 Image: 28/28

Vol de colis entre Afrique et le reste du monde

 

Quand l’Afrique pourra-t-elle faire ou être comme les autres continents ?

 

Cet article, est rédigé dans le but d’aborder l’un des challenges auxquels l’Afrique fait face et dont elle peine à résoudre. Il s’agit en l’occurrence du challenge du : « droit de poster un colis sans se soucier de le perdre », comme c’est le cas pour les autres continents.

 

Et oui, ne soyez pas surpris ! Les choses les plus élémentaires pour les autres est hélas, un challenge pour un africain ou toute personne qui désire investir en Afrique et cela quel que soit le profil de l’ intéressé.

 

En 2019, 21ème siècle, l’Afrique reste le seul continent qui confirme, à travers la plupart de ces enfants, notamment intellectuels, dirigeants, ce que disent ses détracteurs.

 

Un simple projet d’envoyer un colis vers l’Afrique à ses parents, amis ou connaissances est un exercice de risque avec ses impacts économique, social, psychique et psychologique.

 

Comment, en est-on arrivé là ?

 

D’après mes analyses, on en est arrivé là, soit pour des raisons politiques ou soit à causes des hommes qui ne veulent pas travailler et qui veulent vivre dans l’opulence, à travers les vols et détournements de deniers publics.

 

La raison politique est soit un contrat mal négocié, qui ne garantit rien pour protéger les clients et leurs biens et services, ou soit par manque de professionnalisme des agents de poste.

 

S’agissant de la responsabilité des hommes, celle qui nous concerne le plus et qu’on doit tous combattre, c’est bien notre indifférence à ces pratiques qui n’honorent pas notre continent et contre lesquelles nous devons nous indigner.

 

Dénoncer ceux qui pratiquent ces vols et détournements des biens (colis) envoyés par autrui, c’est contribuer à protéger, à soigner et à redorer l’image de notre belle Afrique.

 

La diaspora Africaine et ses parents sont tous les jours victimes de pertes de biens matériels et financiers inestimables, par ce canal « Transfert de colis ».

 

Les méthodes sont diverses et parfois abracadabrantes.

 

Quels que soient la méthode, le canal ou l’opérateur d’envoi du colis, tout projet d’envoi de colis, de l’Afrique ou vers l’Afrique, est exposé à un risque énorme avec des impacts graves et incalculables.

 

Ce défi n’attend que vous pour être relevé, dénoncez ces voleurs de colis car, les victimes de ces actes de vols peuvent être vous, votre frère, votre ami, votre femme, votre père, votre cousin, votre cousine, etc., bref, NOUS.

 

Quelques cas :

 

  • Une famille a posté un colis de la France vers Conakry, ledit colis, arrivé à destination, le service de poste de Conakry a fait savoir à la famille qu’il a reçu un carton vide, ne contenant aucun objet, est-ce possible mes frères et sœurs ?

 

  • Un autre exemple avec un opérateur issu de la diaspora Africaine : une dame guinéenne envoie un colis à ses parents à Conakry en provenance de la France, a été surprise en apprenant qu’un camion est parti avec son colis à l’intérieur de la Guinée. Là aussi, l’on se demande, est-ce sciemment fait, ou est-ce un manque de professionnalisme ?

 

  • Un troisième exemple concerne une perte de valise en provenance de Conakry pour la France par la compagnie Royal Air Maroc.

 

La bonne question que l’on se doit de poser est : A quand la fin de ces comportements irresponsables ?

 

 

Moustapha Kourouma,

Ingénieur Système&Réseau au CNRS.

www.ourembaya.fr

 

Quelques Chiffres :

Visiteurs
16516
Articles
115
Compteur d'affichages des articles
3443768