Juillet 2022
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
Août 2022
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
Septembre 2022
L Ma Me J V S D
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2

Ourembaya album

Album 1

Image: 1/34 Image: 2/34 Image: 3/34 Image: 4/34 Image: 5/34 Image: 6/34 Image: 7/34 Image: 8/34 Image: 9/34 Image: 10/34 Image: 11/34 Image: 12/34 Image: 13/34 Image: 14/34 Image: 15/34 Image: 16/34 Image: 17/34 Image: 18/34 Image: 19/34 Image: 20/34 Image: 21/34 Image: 22/34 Image: 23/34 Image: 24/34 Image: 25/34 Image: 26/34 Image: 27/34 Image: 28/34 Image: 29/34 Image: 30/34 Image: 31/34 Image: 32/34 Image: 33/34 Image: 34/34

Album 2

Image: 1/34 Image: 2/34 Image: 3/34 Image: 4/34 Image: 5/34 Image: 6/34 Image: 7/34 Image: 8/34 Image: 9/34 Image: 10/34 Image: 11/34 Image: 12/34 Image: 13/34 Image: 14/34 Image: 15/34 Image: 16/34 Image: 17/34 Image: 18/34 Image: 19/34 Image: 20/34 Image: 21/34 Image: 22/34 Image: 23/34 Image: 24/34 Image: 25/34 Image: 26/34 Image: 27/34 Image: 28/34 Image: 29/34 Image: 30/34 Image: 31/34 Image: 32/34 Image: 33/34 Image: 34/34

Album 3

Image: 1/126 Image: 2/126 Image: 3/126 Image: 4/126 Image: 5/126 Image: 6/126 Image: 7/126 Image: 8/126 Image: 9/126 Image: 10/126 Image: 11/126 Image: 12/126 Image: 13/126 Image: 14/126 Image: 15/126 Image: 16/126 Image: 17/126 Image: 18/126 Image: 19/126 Image: 20/126 Image: 21/126 Image: 22/126 Image: 23/126 Image: 24/126 Image: 25/126 Image: 26/126 Image: 27/126 Image: 28/126 Image: 29/126 Image: 30/126 Image: 31/126 Image: 32/126 Image: 33/126 Image: 34/126 Image: 35/126 Image: 36/126 Image: 37/126 Image: 38/126 Image: 39/126 Image: 40/126 Image: 41/126 Image: 42/126 Image: 43/126 Image: 44/126 Image: 45/126 Image: 46/126 Image: 47/126 Image: 48/126 Image: 49/126 Image: 50/126 Image: 51/126 Image: 52/126 Image: 53/126 Image: 54/126 Image: 55/126 Image: 56/126 Image: 57/126 Image: 58/126 Image: 59/126 Image: 60/126 Image: 61/126 Image: 62/126 Image: 63/126 Image: 64/126 Image: 65/126 Image: 66/126 Image: 67/126 Image: 68/126 Image: 69/126 Image: 70/126 Image: 71/126 Image: 72/126 Image: 73/126 Image: 74/126 Image: 75/126 Image: 76/126 Image: 77/126 Image: 78/126 Image: 79/126 Image: 80/126 Image: 81/126 Image: 82/126 Image: 83/126 Image: 84/126 Image: 85/126 Image: 86/126 Image: 87/126 Image: 88/126 Image: 89/126 Image: 90/126 Image: 91/126 Image: 92/126 Image: 93/126 Image: 94/126 Image: 95/126 Image: 96/126 Image: 97/126 Image: 98/126 Image: 99/126 Image: 100/126 Image: 101/126 Image: 102/126 Image: 103/126 Image: 104/126 Image: 105/126 Image: 106/126 Image: 107/126 Image: 108/126 Image: 109/126 Image: 110/126 Image: 111/126 Image: 112/126 Image: 113/126 Image: 114/126 Image: 115/126 Image: 116/126 Image: 117/126 Image: 118/126 Image: 119/126 Image: 120/126 Image: 121/126 Image: 122/126 Image: 123/126 Image: 124/126 Image: 125/126 Image: 126/126

Album 4

Image: 1/12 Image: 2/12 Image: 3/12 Image: 4/12 Image: 5/12 Image: 6/12 Image: 7/12 Image: 8/12 Image: 9/12 Image: 10/12 Image: 11/12 Image: 12/12

Album 5

Image: 1/28 Image: 2/28 Image: 3/28 Image: 4/28 Image: 5/28 Image: 6/28 Image: 7/28 Image: 8/28 Image: 9/28 Image: 10/28 Image: 11/28 Image: 12/28 Image: 13/28 Image: 14/28 Image: 15/28 Image: 16/28 Image: 17/28 Image: 18/28 Image: 19/28 Image: 20/28 Image: 21/28 Image: 22/28 Image: 23/28 Image: 24/28 Image: 25/28 Image: 26/28 Image: 27/28 Image: 28/28

Pièges des allocations et argent facile

Pièges des allocations et argent facile 

Voir  le document suivant : ( image ci-dessous ) ou cliquez sur ce pdf

 

Les allocations pour les enfants ne sont pas des revenus pour leurs parents. C'est plutôt pour leurs aider à soutenir leurs enfants*, c’est un complément de revenu de prise en charge.

Les pièges des allocations en occident sont évidentes. La manière de vivre en Afrique est généralement, on fait avec ce qu’on a. Ce qui n’est pas le choix de vie en occident. Il y a un revenu minimal pour tous, presque pour tous. Les méthodes d’obtentions sont variées.

Le problème pour les personnes d’origine Africaine sans ressources est souvent plus complexes qu’on ne le pense. Les conditions d’obtentions des aides ne sont pas remplis pour la plupart, surtout les étrangers qui ont des barrières de plus. Dans ce domaine, il y a des progrès à faire sur tous les plans.

Personnellement, je me rappelle lorsque j’étais étudiant étranger en France, on avait pas droit par exemple à l’apprentissage, mais aujourd’hui les choses ont évolués, tout le monde peut le faire. En ce moment, j’avais fait le choix de faire plusieurs stages pour avoir plus de chances que ceux qui ont faisaient l’apprentissage et ça fonctionné.

La vie en occident est complexe, généralement, l’essentielle se joue dans les détails.

A la première génération, tous les migrants sont en immigration économique car le système de prise en charge ou retraite en Afrique oblige. Il n’ y a pas de retraite à l’occidentale pour la plupart des personnes mais il y a une retraite, c’est la prise en charge générationnelle. Les enfants prennent en charge les parents parfois toute la famille.La charge est en fonction du nombre d’enfant qui ont une vie réussite dans la famille.

Il y a une phrase malinké qui dit : « Le premier fils de la famille est le sacrifice de la famille. » C’est lui le remplaçant direct du père de famille qui généralement, meurt un peu tôt que la/les mamans. Les hommes sont en général polygame.

La mort précoce des pères de familles sont justifiés par la différence d’âge entre l’homme et la femme d’une part et d’autre part par les charges de l’homme. On me parlera de Dieu, oui pour ceux qui croient, Dieu coordonne tout mais il y a des choses qui facilitent la longévité.

L’ensemble de ces éléments font prendre aux pièges des allocations un certain nombre de la diaspora Africaine et particulièrement ceux sans ressources.

Pour les femmes qui en profite généralement, il y a les émulations entre copines ou connaissances. Elles se lancent dans des projets irréfléchis, de présentation, de bien être, etc. ces projets se traduisent par des achats irresponsables des gadgets, des habits à la mode, des bracelets, des colliers, etc...

Alors qu’un fait élémentaire en économie est qu’on ne peut pas dépenser ce qu’on a pas. Ce qui fait que toutes les sources d’entrés d’argent à porté, sont exploitées par certaines personnes et cela même les sources peu recommandables.

Il est temps de réfléchir sur ces pièges et prendre note que d’une part, l’organisation de la vie en Afrique est différente de celle de l’occident. Et d’autre part que plus on a du monde plus on dépenses.

Les aides, les allocations, etc ... sont misent en place pour aider les gens à avoir un niveau de vie acceptable en occident. C’est comme les solutions de compensation d’handicap. Donc cette somme ne peut pas être un plus, ni de revenu pour les familles des enfants, sans parler des parents en Afrique, ni pour vos projets. La preuve dès qu’on a les moyens, on est plus éligible à certaines allocations et aides.

Généralement, les couples black en occident sont éligibles ou ont droit aux certaines allocations par défaut, sans condition de ressources. Par exemple en France, les allocations pour les nouveaux nées. Si la femme n’est pas bien réfléchi et bien conseillée, elle peut tomber dans ce piège et cela peut être une source d’incompréhensiblement si le couple ne discute pas.

Il y a un autre point, c’est le faux espoirs des allocations, la personne qui vient d’arriver de l’Afrique peut tomber dans la main des escrocs qui cherchent à faire fonctionner leurs structure avec des dossiers subventionnés. D’autres appellent ces structures, les moralistes.

Il y a des mauvais conseillers aussi, parmi les amis du couple en occident. Certaines personnes sont jalouses et cherchent à faire le maximum de mal au couples black.

Notez bien, qu’actuellement, l’occident vire vers l’extrême droite et les gens qui font fonctionner les associations, les cabinets d’avocats, les cabinets de huissiers, les services d’impôts, la justice, etc … sont des hommes et femmes avec leur vie, leurs problèmes avant tout.

Il parait que certain couple ou un membre du couple se met en cette situation délibérément pour juste profiter des allocations.

Ce qui est très important, c’est de savoir que derrière chaque dossiers, il y a une famille, il y a une femme seul ou avec enfants, il y a un migrant qui à tout réussi jusqu’à la rencontre des protecteurs, du protégé et du méchant.

Pour se rendent comptent de la banalité des crimes qui sont derrière ces dossiers, il faut anonymiser les dossiers, par exemple leurs appeler par exemple Famille X, Famille Y, Famille Z, etc où X, Y et Z sont les noms des familles. Ainsi, je suis sûrs que les administrateurs qui évaluent les demandent de subventions des structures, qui suivent ces femmes, qui exécutent les ordres de saisies sur les comptes bancaires, etc … se poseront d’autres questions. Et les réponses qu’ils auront, permettront sûrement de comprendre mieux le problème des couples blacks en occident.

Chacun de ces dossiers est une perspectif économique pour certaines structures dont on peut citer Associations(par exemple ASFAD), cabinets d’avocat, huissiers, justices, sociétés de recouvrement de dette, mais là, cette dette est très spéciale puisque l’endetté ne la pas contracté. On a traité le point dette dans le chapitre conséquences du divorce ou de simple séparation de fait.

Le vrai problème, toutes ces structures sont en mode légale et ont un langage bien propre à eux.

L’ossature de la communication entre eux et le couple black en occident montre qu’il y a eu évidement un travail en amont.

J’ai suivi un exemple avec des preuves et il ressort claire que l’appareil de crime est bien des structures autorisées par l’état. Comme c’était le cas avec Adolf EICHMANN et les juifs. Les actions sont volontaires ou involontaires mais c’est bien des structures autorisées et légales. C’est ce qui m’étonne c’est le taux légal de prélèvement sur les salaires d’une personne. Ces taux autorisent en France de mettre une personne en dessous du salaire minimum de croissance ( Smic ) et voir même dans la merde au nom du droit ou de justice.

Pour Adolf EICHMANN, il était un simple travailleur de l’état nazis au moment des faits et pour les juifs, c’est lui l’homme de la solution finale. Le cas de Adolf EICHMANN et les juifs est un enseignement pour toute l’humanité.

Toute la complexité de l’humanisme, des combats de droit est comment éviter de prendre les victimes pour bourreaux et les bourreaux pour victimes ? Les profils nous conduisent souvent à ces pièges.

Pourtant, il y a bien d’autres hommes réfléchis qui ont essayé de mettre en garde l’espèce humaine contre ces piègent des pratiques de l’humanisme. Albert Camus, Martin Luther King, Malcom X, Voltaire, Victor Hugo, etc...

Ces pratiques peuvent être de l’erreur ou de l’exploitation.

Si c’est l’erreur c’est facile à résoudre mais si c’est de l’exploitation ça rejoint les autres crimes.

Je veux bien dire, les crimes raciales savamment organisé et exécuté en Afrique, en Afrique du sud, en Inde, En Amérique, aux USA, en EU etc ...

Il faut noter que la pauvreté de la plus part des immigrés expose les enfants à des pratiques non recommandables. Pour donner une idée, je vous partage un témoignage d’une personne :

« La prostitution et la drogue sont des moyens de gagner de l'argent facile. J'ai grandi en cité.

Pendant que je me battais avec mes études pour me forger une place dans la société, certains camarades d'école faisaient des allers-retours en prison, pour trafic de drogue.

 

Les parents fermaient les yeux car cela leur permettait de payer les factures et faire des réalisations aux pays (construction de maison, envoi de WU...). Quand j'avais du mal à joindre les 2 bouts avec mon job d'étudiante, ces camarades dépensaient plus que mon salaire annuel, par jour.

Aujourd'hui, Dieu merci, les études m'ont permises d'avoir un bon travail tout en étant en accord avec les lois du pays. »

 

Monday 15 août 2022
Monday 24 Mordād 1401
Monday 17 Muharram 1444

Info : Covid&Projet en cours

Covid :

  • Se protéger, c'est protéger les autres !

UDO :

  • Projet de boite pharmaceutique en cours, avec pour but de
    mettre, soutenir un système  de médicaments de base au village.
  • Projet d'assistance aux candidats au Brevet d'Etude du
    Premier Cycle (BEPC).


 

 

Info : U.D.O, création officielle loi 1901 France

UNION DE LA DIASPORA DE OUREMBAYA

U.D.O est  une association officielle, loi 1901 France dépuis 22/05/2021 !

Décision prefectorale.


 

 

Quelques Chiffres :

Visiteurs
16979
Articles
116
Compteur d'affichages des articles
4127121